Royaume de FRANCE

politique
 
AccueilAccueil  PORTAILPORTAIL  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'exemple des Martyrs d'Avrillé - 1793/1794

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olympe de G



Féminin Nombre de messages : 1066
Localisation : FRANCE

MessageSujet: L'exemple des Martyrs d'Avrillé - 1793/1794   Mar 2 Fév - 0:47

2014-19. L’exemple des Martyrs d’Avrillé.

Allocution de
Monseigneur Louis de Bourbon, duc d’Anjou,
de jure Sa Majesté le Roi Louis XX,
prononcée au
Champ des Martyrs d’Avrillé,
le 25 septembre 2006 :
Monsieur le Duc,
Mesdames et Messieurs les descendants des victimes,
Mesdames et Messieurs,
Chers Amis,
A quelques kilomètres de Baugé où nous avons, mon épouse, la Princesse Marie-Marguerite, et moi-même, vénéré la Sainte Croix d’Anjou, nous voici maintenant sur la terre sacrée du Champ des Martyrs d’Avrillé.
Vénération d’une sainte relique ce matin et, maintenant, souvenir de morts tragiques de la révolution. Une nouvelle fois nous voici plongés au coeur des destinées de notre cher pays, de notre chère France.
Fille ainée de l’Eglise, puisant au plus profond des valeurs chrétiennes, la France a su montrer par le passé combien elle était fervente et prête à accomplir de grands sacrifices. Mais cet exemple d’hier doit être un ferment pour demain.
Les martyrs d’Avrillé sont morts pour leur foi. La foi au quotidien qui animait tous les Français d’alors, du Roi au plus humble d’entre eux. Cette foi leur faisait honorer les saints et les reliques. Elle leur donnait, surtout, chaque jour, la force de savoir vivre en chrétiens, animés des sentiments de charité, de justice et de paix. Leur salut passait par les actes de la vie quotidienne qui se trouvaient ainsi tout à la fois sanctifiés et ordonnés.
Les martyrs que nous honorons aujourd’hui, ont montré que cette vie ordinaire pouvait aller jusqu’au sacrifice, et cet exemple doit être un modèle pour notre génération.
La vertu et les 
qualités de dévouement au bien commun ne sont pas des valeurs du passé mais des valeurs toujours actuelles.
Notre société souvent égoïste ne peut-elle pas retrouver le sens des valeurs et du don ?
Tel est 
le message, qu’en ce lieu si imprégé de grandeur, je veux adresser notamment aux jeunes.
Le Pape Jean Paul II le rappelait il y a juste dix ans : France, qu’as tu fait de ton histoire ? de ton baptême ? C’est aux jeunes d’aujourd’hui, de ma génération et de celle de la Princesse Marie-Marguerite de répondre et de construire une société plus juste.
Demain nous serons à Domrémy, patrie de Jeanne d’Arc, et nous retrouverons la même interrogation. Sainte Jeanne d’Arc et les Martyrs d’Avrillé rappellent aux générations à venir que les vertus de l’héroïsme et de la défense des valeurs sont confiées à tous.
Voilà une belle 
leçon d’histoire à méditer au quotidien. Elle nous apprend que les destinées de notre Pays sont en chacun de nous, et que nous sommes tous responsables de l’avenir.
A ma place, et désormais avec la Princesse Marie-Marguerite à mes côtés, je reste fidéle aux devoirs légués par mes aïeux, les Rois de France, et depuis un siècle par les ducs d’Anjou qui se sont succédés comme chefs de la Maison de Bourbon. Nous assumerons cet héritage qui est toujours celui du progrès pour demain.
Nous savons que nous pouvons compter sur vous tous, attachés aux valeurs de toujours. Elles ont vu le sacrifice de vos ancêtres. Elles nous permettront, demain, ensemble, de renouer avec la longue et glorieuse destinée de la France.
Revenir en haut Aller en bas
Olympe de G



Féminin Nombre de messages : 1066
Localisation : FRANCE

MessageSujet: Re: L'exemple des Martyrs d'Avrillé - 1793/1794   Mar 2 Fév - 0:49

2014-17. Le 1er février nous fêtons le Bienheureux Guillaume Repin et ses 98 compagnons martyrs.





1er février,
Fête du Bx Guillaume Repin et de ses 98 compagnons, martyrs à Angers et Avrillé ;
Mémoire de Saint Ignace d’Antioche, évêque et martyr.


Angers : l’ancienne place Saint-Maurille, nommée place du ralliement depuis 1791,
sur laquelle la guillotine était dressée en 1793-1794

Angers, 1793-1794 :
Les prisons sont pleines. D’ailleurs ce qui tient lieu de prisons, ce sont les couvents, les églises, et même – pendant un temps – la cathédrale Saint-Maurice. Les prisonniers y sont entassés. On trouve là de nombreux villageois originaires de la Vendée militaire, des prêtres réfractaires, des religieuses, quelques personnes de la bonne société.
En ce temps, il suffit de fort peu de chose pour être réputé suspect… et tout suspect est promptement emprisonné.
Malgré la guillotine, les prisons ne désemplissent pas. Une commission militaire tient lieu de tribunal : elle envoie à la mort des centaines et des centaines de « fanatiques » et d’ « aristocrates ».
La guillotine est installée sur la place que l’on appelle depuis 1791 « place du ralliement ».
Mais l’exécution au moyen de la guillotine est jugée trop lente et trop onéreuse, on ne la gardera que pour des exemples choisis : les prêtres, quelques nobles, quelques catholiques particulièrement actifs…
Pour tous les autres, envoyés à la mort par centaines, il faut quelque chose de plus expéditif ; on opte pour la fusillade.
Le fermier du Claux, à Avrillé, farouche patriote, met un champ à la disposition de la commission militaire : ce champ est idéalement situé, il n’est ni trop loin, ni trop près d’Angers. Des fosses y sont creusées. On fusillera les groupes devant elles, les victimes y tomberont directement (si nécessaire on les achèvera à la baïonnette), on jettera de la chaux sur les corps, puis on refermera : ce sera bien plus rapide !
La commission militaire interroge sommairement les prisonniers. Il n’y a presque jamais d’acquittement. Le lendemain, les condamnés sont conduits, attachés deux par deux, en longue file sur la route de la Meignanne, jusqu’au champ, lieu de leur exécution.
Neuf fusillades ont lieu depuis le mois de janvier jusqu’au mois d’avril 1794. Selon une liste établie par l’abbé Gruget, ce sont quelque deux mille personnes qui furent fusillées à Avrillé.

Fusillade au bord des fosses dans lesquelles les corps sont ensevelis à la hâte.
Dès 1795, les Angevins viennent se recueillir dans ce champ : une croix de bois y est érigée. En 1816, les propriétaires font don du champ à la paroisse d’Avrillé, et comme les pèlerins affluent de plus en plus nombreux, en 1848 on commence la construction d’une chapelle : achevée en 1852, dédiée à Saint Louis, elle sera agrandie dans les dernières années du XIXe siècle.
De 1863 à 1867, des fouilles sont réalisés et permettent de retrouver dix des douze fosses contenant les corps : ces dix fosses sont signalées par des croix ; les deux fosses qui n’ont pas été mises à jour se trouvent sous la chapelle
En 1905, Son Excellence Monseigneur Joseph Rumeau, évêque d’Angers, introduit la cause d’un certain nombre de victimes, toutes celles dont les documents subsistants permettent d’affirmer qu’elles ont été clairement et indubitablement mises à mort en haine de la foi et de l’Eglise catholiques, indépendamment de toute cause politique.

Pèlerinage au Champ des Martyrs d’Avrillé pour la solennité de Saint Louis (le 30 août 1914) :
S.Exc. Mgr. J. Rumeau bénit la foule des pèlerins après l’avoir haranguée depuis la porte de la chapelle.
Le décret proclamant le martyre de quatre-vingt-dix neuf de ces victimes est rendu en 1983 et leur béatification est célébrée le 19 février 1984 : ces bienheureux martyrs sont au total douze prêtrestrois religieusesquatre hommes et quatre-vingt femmes ou jeunes filles.
Leur fête liturgique est fixée au 1er février - anniversaire de l’éxécution de quarante-sept d’entre eux – et dans l’impossibilité de les nommer tous on parle du Bienheureux Guillaume Repin (qui était le plus âgé de tous les prêtres martyrisés) et de ses quatre-vingt-dix huit compagnons
L’abbé Noël Pinot, curé réfractaire du Louroux-Béconnais, guillotiné le 21 février 1794 revêtu par dérision de ses ornements sacerdotaux, avait déjà été béatifié par le Pape Pie XI le 31 octobre 1926, et fait l’objet d’une fête particulière (cf. > www et www).
Nous publions ci-après un résumé biographique pour le Bienheureux Guillaume Repin (cf.> www).
Voici la liste des quatre-vingt-dix-neuf martyrs que nous célébrons en ce jour (par ordre chronologique d’exécution) :
estici


Revenir en haut Aller en bas
Olympe de G



Féminin Nombre de messages : 1066
Localisation : FRANCE

MessageSujet: Re: L'exemple des Martyrs d'Avrillé - 1793/1794   Mar 2 Fév - 0:55

2014-18. Courte biographie du Bienheureux Guillaume Repin.

1er février,
Fête du Bienheureux Guillaume Repin et de ses 98 compagnons martyrs.
Le Bienheureux Guillaume Repin et ses compagnons martyrs
(image distribuée à Rome en 1984 à l’occasion de leur béatification)
Guillaume Repin est le doyen d’âge des quatre-vingt-dix-neuf martyrs d’Angers et d’Avrillé béatifiés le 19 février 1984 et fêtés le 1er février.
Né à Thouarcé (actuel département du Maine-et-Loire), le 26 août 1709, Guillaume Repin entra à l’âge de dix-neuf ans au séminaire d’Angers et fut ordonné prêtre pour ce diocèse.
De 1734 à 1749, il exerça son ministère sacerdotal à la paroisse de Saint-Julien d’Angers, puis fut nommé curé de Martigné-Briand, enfin il fut élévé au canonicat.
Pendant les longues années de son ministère, il fut un pasteur plein de ferveur et de zèle, très aimé de ses paroissiens
Lorsque, le 10 février 1791, en application de la constitution civile du clergé, le maire de Martigné-Briand vint lui réclamer les clefs de l’église et lui demander la prestation de serment, le vieux chanoine Repin (il était dans sa quatre-vingt-deuxième année) refusa : il dut donc quitter sa paroisse et partit se réfugier à Angers.
Arrêté une première fois le 17 juin 1792, il fut emprisonné au séminaire, avec un très grand nombre de prêtres, comme lui réfractaires. Etant le plus âgé, c’est lui qui, le plus souvent, célébrait la Sainte Messe pour ses confrères.
Le 14 août 1792, le serment dit « de liberté-égalité » fut rendu obligatoire pour les fonctionnaires puis, le 2 septembre suivant, cette obligation fut étendue à tous les citoyens. C’était le début de la grande Terreur.
Le chanoine Repin refusa évidemment ce second serment : il fut interné avec d’autres prêtres âgés dans une ancienne école des Frères de la Doctrine Chrétienne, surnommée la Rossignolerie.
La colère des paysans du Bas-Poitou et de l’Anjou (ce que l’on appelera plus tard la Vendée militaire) éclate à la mi-mars 1793 et bientôt se forme la « Grande Armée Catholique et Royale ».
Le 17 juin 1793, les Vendéens s’emparent d’Angers. Le chanoine Repin, libéré, mais affaibli par l’âge et par deux années de captivité, ne peut suivre les Blancs ; néanmoins il s’efforce de se cacher des Bleus : ce sont six mois de vie errante et de cachettes au milieu des troubles que l’on sait.
Il fut pris, la veille de Noël, 24 décembre 1793, à Mauges, et conduit en prison à Chalonnes. Ensuite il fut déféré devant le comité révolutionnaire d’Angers où il subit des interrogatoires. Le 1er janvier 1794, la commission militaire le condamné à être guillotiné.
La sentence fut exécutée, le 2 janvier 1794, sur la place Saint-Maurille, rebaptisée « du ralliement » depuis 1791. Avec lui, furent guillotinés l’abbé Laurent Batard, curé de la paroisse Notre-Dame de Chalonnes, et deux autres victimes.
Ce sont environ cent-soixante-dix-sept condamnés qui furent guillotinés sur cette place pendant la Terreur, tandis que, ainsi que nous avons eu l’occasion de le dire, à Avrillé notamment à Avrillé, quelque deux mille victimes étaient fusillées.
Le Bienheureux Guillaume Repin célébrant la Sainte Messe de nuit dans les bois.


“N’a de convictions que celui qui n’a rien approfondi.”
E Cioran
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'exemple des Martyrs d'Avrillé - 1793/1794   Aujourd'hui à 9:56

Revenir en haut Aller en bas
 
L'exemple des Martyrs d'Avrillé - 1793/1794
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume de FRANCE :: forum général-
Sauter vers: