Royaume de FRANCE

politique
 
AccueilAccueil  Présentation minimum 30 mots  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MOLDAVIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olympe de G

avatar

Féminin Nombre de messages : 1072
Localisation : FRANCE

MessageSujet: MOLDAVIE   Mer 27 Jan - 16:15






Revenir en haut Aller en bas
Olympe de G

avatar

Féminin Nombre de messages : 1072
Localisation : FRANCE

MessageSujet: on ne fait pas une révolution contre un pouvoir pro-européen   Mer 27 Jan - 16:22

Moldavie : on ne fait pas une révolution contre un pouvoir pro-européen

lundi 25 janvier 2016



Les manifestations en Moldavie ne se calment pas, bien au contraire le Parlement a été momentanément envahi et les députés évacués en urgence lorsque la population a appris que, dans son dos, un nouveau Gouvernement soi-disant pro-européen avait été confirmé dans ses fonctions. Mais pourquoi ces manifestations traînent, sans résultats depuis septembre? Pourquoi les Etats-Unis ont-ils fait le choix de soutenir des oligarques corrompus contre la volonté "sacrée" de la population? Allant ainsi à l'encontre de tous les discours bienpensants prononcés à propos du Maïdan ukrainien.

Suite à la ratification de l'accord d'association entre l'UE et la Moldavie, l'économie du pays a plongé, la politique sociale s'est effondrée et la corruption se porte toujours à merveille (voir notre analyse détaillée ici et ici). Les gens se sont massés dans les rues, demandent le départ de ces gouvernements "pro-européens" plus corrompus les uns que les autres, la cote de popularité des dirigeants est au plus bas. Selon l'étude faite en septembre par le centre d'analyse CBS-AXA, le Président est à 4% d'opinion favorable, le Gouvernement à 6% et la justice à 7%. Sans compter que 60% de la population soutient les mouvements de contestation et la part de population prête à entreprendre des actions radicales a grimpé à 8%.

Au moins la politique soi-disant européenne de ces dirigeants moldaves a réussi à faire l'unanimité, contre eux. Mais étrangement, la vox populi ici n'a que peu d'importance, tout le monde n'a pas droit à son Maïdan. Et surtout, sans soutien extérieur il est flagrant que des mouvements populaires ne renverseront pas le pouvoir.

Et justement à ce sujet, les Etats Unis ont fait leur choix. Si ce Gouvernement saute, c'est l'opposition "pro-moldave" qui arrive, remettant en cause l'accord avec l'UE, rétablissant des relations normales avec ses voisins, notamment la Russie. Et ça, ce n'est pas acceptable. Donc des élections anticipées ne sont pas possibles. La discussion est clause. La démocratie prend fin là où elle risque de porter atteinte aux intérêts supérieurs de la géopolitique.

Donc, V. Nulland, au nom du département d'état américain, est allée entreprendre la Roumanie, qui finalement, a décidé de soutenir le choix politique "pro-européen" de la Moldavie et l'encourage à s'engager plus profondément dans cette voie. V. Nulland ayant bien insisté sur l'importance de la stabilité gouvernementale, le message a été transmis par le Président roumain.

Le message est passé, un gouvernement ne tenant absolument pas compte des aspirations populaires a été nommé, en secret, après 36 minutes de délibérations au Parlement. Tous les députés n'ayant même pas été prévenus que le vote aurait lieu le mercredi soir et non serait discuté le jeudi comme cela devait être. La population apprenant la nomition secrète de leur nouveau Gouvernement a forcé l'entrée du Parlement et les députés ont été évacués par l'arrière, déguisés en policiers. Voici tout le poids de la légitimité de la représentation populaire.

Ensuite, le Premier ministre a été nommé au milieu de la nuit par le Président, également en secret, sans que la presse ou que la société ne soient prévenues, comme P. Philip l'avait lui-même demandé - pour plus de sécurité. A minuit, en vrac, dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 janvier, la Moldavie a un nouveau Gouvernement. C'est un grand moment de politique européenne.




Alors qu'en Ukraine, les Etats-Unis et l'UE appelaient au respect de la volonté populaire, au dialogue avec l'opposition, ici les manifestants doivent se calmer, être raisonnables. Il est vrai que le pouvoir est déjà "pro-européen", ça change tout. L'opposition ne peut donc être légitime. La corruption est un argument devenu fallacieux. De plus, ici, à l'inverse de l'Ukraine, on ne voit que des drapeaux nationaux dans les manifestations. Et pour cause, elles regroupent différentes forces politiques qui ont en commun de vouloir en finir avec ce pouvoir corrompu.

Un autre aspect de la question moldave est important. Avant la nomination de Pavel Philip le 21 janvier, les analystes s'interrogeaient sur l'avenir du pays. Le poids politique occupé dans l'ombre par Vlad Plakhotniuk, oligarque mafieux, dont l'actuel Premier ministre est la marionnette, ouvre la porte à un rapprochement avec la Roumanie. La Roumanie a une politique expansionniste, notamment elle veut réintégrer la Moldavie, dont une partie de la population est ethniquement roumaine. La visite de Nulland en Roumanie avant la nomination du nouveau Gouvernement a été interprétée comme donnant le feu vers à ce scénario, qui par ailleurs n'a pas l'appui de la majorité de la population. Evidemment, malgré ce "détail" de l'histoire, personne ne pourrait ici parler d'annexion, puisque la voie est européenne. Voie qui présente, en effet, l'avantage de faire entrer d'un coup d'un seul la Moldavie non seulement dans la Roumanie, mais également dans l'UE, à moindre frais sinon pour l'UE, du moins pour la communauté internationale - j'entends les Etats-Unis.

Donc, le pari a été fait sur les oligarques comme Plakhotniuk, même si leur réputation est entachée de prises de possession violente de biens ne leur appartenant pas, d'évasion fiscale, etc, comme en 2011 l'avait alors remarquée la justice britannique. Par ailleurs, il est accusé d'avoir volé 1 milliard $, soit 15% du PIB, ce qui est énorme pour le pays. Et les mouvements de masse ont commencé avec ce slogan, de rendre de milliard. Mais ici aussi, la communauté internationale fait la sourde oreille.

La situation en Moldavie confirme certaines impressions. Les mouvements de contestations populaires ne peuvent conduire à un renversement du régime en place que lorsqu'ils sont soutenus activement de l'étranger et correspondent à une stratégie géopolitique. C'est la "démocratie populaire" aujourd'hui. Et ce scénario ne peut être lancé contre un pouvoir dit "pro-européen", aussi corrompu et inefficace soit-il, car le critère pour être maintenu au pouvoir n'est pas la volonté de la population ou la confiance populaire, la source du pouvoir a été exportée. Ainsi, tout un réseau d'états marionnettes se met en place dans l'espace post-soviétique.


http://russiepolitics.blogspot.ru/2016/01/moldavie-on-ne-fait-pas-une-revolution.html

Revenir en haut Aller en bas
 
MOLDAVIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume de FRANCE :: Europe-
Sauter vers: