Royaume de FRANCE

politique
 
AccueilAccueil  PORTAILPORTAIL  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A ceux qui croient encore que l’invasion arabe s’est arrêtée à Poitiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Favorite

avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Localisation : ville rose

MessageSujet: A ceux qui croient encore que l’invasion arabe s’est arrêtée à Poitiers   Mar 28 Fév - 13:59

A ceux qui croient encore que l’invasion arabe s’est arrêtée à Poitiers




Comme bon nombre d’entre nous, je croyais que l’invasion maure s’était arrêtée à Poitiers, stoppée par notre valeureux Charles Martel. La mémoire collective ne retient que ce qui lui convient. L’Histoire, elle, nous dit tout autre chose. Les faits relatés ici le sont au hasard de lectures et de recoupements. Il n’y a en effet pas de récit historique global, à ma connaissance, mais je ne suis pas historienne.  Est ce un hasard ? D’où la difficulté des sources. On peut cependant se référer à la bibliographie en fin d’article.
Si les Maures ont bien été refoulés de l’Hexagone vers l’Espagne, qu’ils ont occupée de 711 à 1492, ils n’ont pas tous été neutralisés par Charles Martel.

Il y a eu un avant et un après Charles Martel. Les Maures sont entrés dans la France de l’époque, dès 714 et n’en ont été définitivement chassés qu’en… 1830 ! Un millénaire donc d’incursions permanentes sous la forme d’occupations durables et de razzias ponctuelles.  Bien avant que n’intervienne notre Charles Martel, ils s’emparent de Narbonne, qui devient leur base pour les 40 années suivantes, et pratiquent des razzias méthodiques. Ils prennent le Languedoc de 714 à 725, détruisent Nîmes en 725 et occupent la rive droite du Rhône jusqu’à Sens.


En 721, une armée musulmane de 100.000 soldats met le siège devant Toulouse, défendue par Eudes, le duc d’Aquitaine. Charles Martel envoie des troupes pour aider Eudes. Après six mois de siège, ce dernier fait une sortie et écrase l’adversaire, qui se replie en désordre sur l’Espagne et perd 80.000 soldats. On parle peu de cette bataille de Toulouse parce qu’Eudes était mérovingien. Les Capétiens étaient en train de devenir rois de France et n’avaient pas envie de reconnaître une victoire mérovingienne.
Les musulmans ont conclu alors qu’il était dangereux d’attaquer la France en contournant les Pyrénées par l’est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques en passant à l’ouest des Pyrénées. C’est là que se situe l’épisode de Roland de Roncevaux, qui a si fort marqué nos mémoires. Il aurait affronté les Sarrazins dans une bataille mortelle. Ces Sarrazins seraient en fait des Vascons ou Basques. Ce n’est pas un hasard si dans le contexte d’affrontement entre maures et chrétiens, l’imaginaire collectif a attribué aux maures la mort de Roland. 
Venons en à Poitiers. Avant de mettre le siège devant Poitiers, 15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit Bordeaux, puis les Pays de la Loire. Ils sont  finalement arrêtés par Charles Martel et Eudes à vingt kilomètres au nord de Poitiers, en 732. Les musulmans survivants se sont dispersés en petites bandes et ont continué à  razzier l’Aquitaine.

Mais le sud de l’Hexagone est toujours occupé. En 737 Charles Martel y descend, avec une armée puissante, et reprend successivement Avignon, Nîmes, Maguelonne, Agde, Béziers. Il met le siège devant Narbonne. Cependant, une attaque des Saxons sur le nord de la France l’oblige à quitter la région. En 759 enfin, Pépin le Bref reprend Narbonne et écrase  définitivement les envahisseurs musulmans. Ces derniers se dispersent en petites bandes, et continuent à piller le pays. Ils déportent les hommes capturés pour en faire des esclaves castrés, et les femmes pour les introduire dans les harems d’Afrique du Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer des musulmans. (Plusieurs millions d’Européens furent ainsi réduits en esclavage par les musulmans, du 9e au 19e siècle — sans parler de quelques millions d’assassinés).
La place forte des bandes se situe  à Fraxinetum, l’actuelle Garde-Freinet (le massif des Maures). En 972, les bandes musulmanes capturent Mayeul, Abbé de Cluny, sur la route du Mont Genèvre. Le retentissement fut immense. Guillaume II, comte de Provence, passa 9 ans à faire une sorte de campagne électorale pour motiver tous les Provençaux, puis, à partir de 983, chassa méthodiquement toutes les bandes musulmanes, petites ou grandes.
En 990, les dernières furent détruites. La pression musulmane ne cessa pas pour autant. Elle s’exerça pendant les 250 années suivantes par des razzias effectuées à partir de la mer. Les repaires des pirates musulmans se trouvaient en Corse, Sardaigne, Sicile, sur les côtes d’Espagne et celles de l’Afrique du Nord. Toulon a été totalement détruite par les musulmans en 1178 et 1197, les populations massacrées ou déportées, la ville laissée déserte.
Quand les musulmans furent expulsés de Corse, Sicile, Sardaigne, du sud de l’Italie et de la partie nord de l’Espagne, les attaques sur les terres françaises cessèrent, mais elles continuèrent sur mer. C’est seulement en 1830 que la France, exaspérée par ces exactions, se décida à frapper le coupable à la tête, et à aller en Algérie détruire définitivement les dernières bases des pirates musulmans.


Une longue histoire donc, encore mal investigué. Rappelons pour finir que la découverte de l’Amérique en 1492 est en relation avec ces piratages barbaresques. Ils attaquaient en Méditerranée les bateaux chargés d’épices en provenance d’Orient. Il devenait urgent de trouver une autre route pour ce commerce essentiel des épices. Ce que pensa faire Cristobal  Colon en s’embarquant vers l’Ouest. Il cherchait une nouvelle route vers les Indes, qui éviterait la Méditerranée. Et voila comment il tomba sur le nouveau monde.
Aujourd’hui, l’occupation se fait en douceur, par le biais « pacifique » d’une immigration de peuplement, qui exploite à fond les failles de nos lois, de nos principes démocratiques, et de nos avancées sociales, avec la complicité aveugle de nos élites. Les Arabes ne sont pas moins conquérants et intolérants que d’autres peuples. Volonté expansionniste, colonisations diverses, traite des Noirs en Afrique : le spécialiste de la traite négrière, l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau a avancé le chiffre de 17 millions de Noirs réduits en esclavage, Malek Chebel l’évaluant à 20 millions. L’historien et économiste Paul Bairoch évalue le chiffre à 25 millions d’Africains pour la traite arabe contre 11 millions pour la traite occidentale. Il n’y a guère qu’une  minorité  de gauchistes et intellectuels  pour s’apitoyer sur le sort d’ex-colonisés de peuples par essence colonisateurs.
Nous laisser croire que Charles Martel, en une seule bataille, a fait reculer les envahisseurs est aussi faux que nous persuader que l’histoire ne se répète pas. Chercher à la connaître est le meilleur antidote aux illusions dangereuses.
Anne  Zelensky


Petite bibliographie :
— Olivier Pétré-Grenouilleau, « Les traites négrières. Essai d’histoire globale », Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 2004.
— Robert C. Davis, « Esclaves chrétiens, maîtres musulmans: l’esclavage blanc en Méditerranée (1500-1800) » (traduit par Manuel Tricoteaux), Babel, 2007.
— Jacques Heers, « Les Négriers en terre d’islam », Perrin, 2003.
— Tidiane N’Diaye, « Le Génocide voilé », Gallimard, 2008.
— Malek Chebel, « L’esclavage en terre d’islam : Un tabou bien gardé », Fayard, 2007.
Revenir en haut Aller en bas
 
A ceux qui croient encore que l’invasion arabe s’est arrêtée à Poitiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royaume de FRANCE :: forum général :: Passé/Présent-
Sauter vers: